· 

Du soleil

Le soleil meurt : son sang ruisselle aux devantures.

L’astre du jour, que les bourrasques dévêtirent, 

suit son karma, ponctué par vingt-deux pendules :

le jour il frime, au soir il saigne, c’est le deal.

 

Mais à l’aube suivante, en rose il ressuscite

et colore l’azur d’un parfum de jacinthe.

La lune, qui trôna jusqu’au petit matin,

palit piteusement jusqu’à s’escamoter.

 

Ainsi vivent les astres quand il fait beau temps,

quand les nimbostratus prennent leurs RTT.

 

Il n’est pas encor né, qui occira Phébus !