· 

Gros bêta

La chair est triste, hélas ! et j’ai lu tous les livres

que m’avait refilé ma libraire du Havre.

Au déduit, elle sait des choses pas possibles,

et, entre chien et loup, follement je me damne.

 

Après avoir œuvré, dans mon logis je dîne,

d’une pizza royale et d’un vin du pontife,

sobrement attifé d’une pièce d’étoffe,

l'asperge en RTT, le cœur dans les étoiles.

 

Un jour, je noterai tout ça dans mes mémoires

et rien que d’y penser, sous cape je me marre

car personne ne lit mes écrits à deux balles.

 

Ma libraire les trouve un tantinet débiles

mais avoue illico, débiter des bêtises,

et me console en me traitant de gros bêta.