· 

Tant va l'autruche

Qu’il plût, qu’il fît soleil ou que grondât l’orage, 

une autruche glandait dans l’eau du marécage 

pour apaiser le feu rongeant son popotin.

 

Ça la mettait en extase.

 

Et vint ce fameux jour de la Saint Valentin

où ell' croisa sur l’onde, un cygne du même âge

qui offrait aux regard l'éclat de son plumage.

D'un seul trait, Cupidon réveilla leurs instincts.

 

Tant va l'autruche à l'eau qu'à la fin elle se case !

 

Hélas ! avec le temps, le bain la bassina.

Son palmipède aimant coïter dans la vase,

la mutine eut envie d’un autre nirvana.

Quand le coquin se mit à la marijuana, 

l’autruche se cassa, profitant de l’occase.