· 

Mallarmade

Kayak en pur plastoc, exempt de tout onyx,

il m’arrive la nuit d’être lampadophore

lorsque mon pagayeur, se prenant pour Phénix,

prend la mer après boire une enivrante amphore. 

 

Il s'appelle O'Bofix et s’est offert un ptyx,

un drôl’ de p’tit zinzin, rutilant et sonore

au cas où nous irions naviguer sur le Styx

(ce dont tout kayakiste un peu branché s’honore).

 

S'il n’est pas transcendant, c’est un bipède en or,

fondu de son esquif. Il fait bien dans l’décor

et n’est pas insensible aux adorables nixes.

 

Si nous eskimotons, et encore et encor, 

lorsque la mer est d’huile et l’azur au beau fixe, 

c’est pour taper dans l’œil de tout un septuor.

 

(,sonnet de Razkayou sur des rimes de Stéphane Mallarmé )